Something went wrong with the connection!

Opinions

Aie pitié de tes ennemis et mets tes frères en danger de mort

  Par Meïr Ben-Hayoun A Tel-Aviv il y a quelques jours, des demeurés ont manifesté pour la Syrie ensanglantée. Ils ont ramassé 1/2 million de shekels (?!) pour les “pauvres enfants syriens”. Le prétexte de l’image idolâtrée de l’enfant martyre servant d’alibi pour les fausse pitié et fausse piété paralysant toute capacité de jugement et de réflexion. Cette propension à se forcer à ressentir de la pitié pour les Syriens alors

Donald Trump n’est pas notre sauveur!

Par Baroukh Marzel, Traduction par Meïr Ben-Hayoun Les dirigeants de l’Etat d’Israël, de gauche comme de droite, n’ont jamais pris sur eux-mêmes l’Etat juif. Ils ont toujours cherché appui auprès d’un goy, pourvu que ce ne soit pas sur Dieu.  Hier (mercredi 9 novembre) on nous a annoncé que Donald Trump est le nouveau Président des Etats-Unis. Bien entendu, on ressent de la satisfaction pour la défaite d’Hillary Clinton, l’amie

Des questions à BHL

Par le docteur Martin Sherman Paru dans le Jérusalem Post le 17 décembre 2015 Traduit en français par Jean-Pierre Bensimon (source) Bernard Henri Lévy fait partie des sujets que la diplomatie israélienne devrait prendre en charge. Ce serait beaucoup plus judicieux que de s’intéresser à tel ou tel homme politique en exercice, surtout hors des États-Unis.”“Vous combattez le djihad, oui. Mais n’avez-vous pas greffé sur le combat contre le djihad,

Eux là-bas, et nous ici

Une bonne fois pour toute, le problème ne consiste pas à parvenir à un compromis, comme si nous faisions des gestes en faveur des Arabes et que s’ils faisaient des gestes en notre faveur, le problème sera solutionné. Par Baroukh Marzel, traduit pas Meïr Ben-Hayoun Vingt-cinq ans, c’est toute une génération, une période suffisamment longue pour avoir de la perspective et observer les transitions profondes intervenues durant ces années. En

La haine gratuite, le danger stratégique numéro 1 d’Israël.

Ces dernières semaines, l’accusation sans fondement de meurtre proférée contre toute une frange de la jeunesse des implantations, accusation qui a fait pratiquement l’unanimité depuis le Chef du Gouvernement en passant par le Président, par le Ministre de la Défense par les représentants de tous les partis politiques, y compris Habayit hayéoudi. La presse de droite et la presse tartuffienne (Hamodia édition française entre autres) , en passant aussi par certains rabbins

Pourquoi condamner à mort les terroristes?

Par Meïr Ben-Hayoun En ce moment, une proposition de loi de condamnation à mort des terroristes occupe le débat public en Israël. Le Premier ministre Netanyahou fait tout pour enterrer ce projet législatif et qu’il ne soit pas soumis à la Knesset en dépit de prises de position favorable au sein de son parti le Likoud. Non pas que notre Premier ministre répugne à l’idée de la condamnation à mort des

Israël: un tel peuple, je l’aime!

Par Jean-Pierre Lledo, cinéaste d’Algérie, essayiste Jamais sans doute élections ne furent autant la défaite du perdant que la victoire du gagnant. La violence de la claque reçue par la coalition Herzog-Livni est équivalente à la violence qu’elle a exercé sur le réel. On appelle ça l’effet boomerang. Car sa défaite est d’abord celle de l’idéologie du post-modernisme qui croit en la toute-puissance de la manipulation des “narratifs” et que l’on peut

Les vrais vainqueurs de ces élections

Quel que soit le résultat final de ces élections, gauche ou droite qui passent in extremis, les ennemis d’Israel en sont les grands vainqueurs. Ils ont le vent en poupe. Ils ont pris un poids inestimable dans la vie politique israélienne, Ils vont être innoncés de budgets  pour entretenir le grignottement des fondations de l’Etat d’Israel et le faire chuter comme ils s’expriment ouvertement sur cet objectif. D’ailleurs le Hamas dans

Eric, Georges, Jacques, Paul, Ruth, Patrick et les autres

J’ai regardé sur Internet les derniers débats autour du livre de Zemmour (Voir ici). Ça vaut le spectacle, plus passionnant qu’un film au cinéma ou qu’une bonne pièce de théâtre.  Voilà le scénario: des Juifs, pour la plupart natifs d’Algérie (comme moi-même), Eric Zemmour, Georges Marc Benamou et Jacques Attali se bouffent le foie entre eux pour définir l’identité française républicaine et s’il faut l’ouvrir à l’islam ou pas. Même

Sommes-nous racistes?

La tendance de l’esprit chagrin de s’auto-flageller reprend ses prérogatives.  La société israélienne encore une fois en butte à l’hostilité et au terrorisme se serait rendue coupable de non-tolérance envers ceux qui ont soutenu le crime de guerre de l’offensive nazislamiste de Gaza. Pire,  à leur charge, les Israéliens seraient devenus solidaires comme ils ne l’ont pas été depuis longtempsm nationalistes et racistes envers la minorité arabe. Voilà les procès