Par Meïr Ben-Hayoun

Chers amis, en ce jour  du 28ème anniversaire de son assassinat par un islamiste à l’Hôtel Marriott à Manhattan le 18 du mois de Heshvan 5751 (05/11/1990), vous comprenez qu’il s’agit d’une figure plus grande que nature, le Rav Meïr David Kahana Hy’d, mort en Kiddoush Hashem, en saint, selon les critères des Sages de la Tradition d’Israël.

Certaines de ses prises de position ont été intégrées par le main stream de la société israélienne sans qu’on ose encore se l’avouer. Pourtant, des nains préfèreraient faire oublier cet inoubliable Grand Cohen et ne pas avoir à en entendre parler.

J’ai récemment proposé à Radio Qualita[i]

d’évoquer le souvenir du Rav Kahana, son enseignement, son parcours et ses luttes. La réponse tardant à me parvenir a été négative. L’explication: l’équipe de cette radio sur le web a décidé de ne pas laisser la parole aux « extrêmes ». Manifestement, en entendant l’embarras de la personne au bout du fil, elle n’y croyait pas.

Marius Schattner, second à partir de la gauche, au salon du livre de langue française à Jérusalem en 2010,

Et pour cause, cet argument ne tient pas la route une seconde. Radio Qualita a plus d’une fois octroyé la parole à des personnes on ne peut plus “extrêmes”, notamment à un antisioniste, Marius Schattner, militant du Matzpen dont des membres ont été jugés pour haute trahison et qui ont purgé des peines de prison. Schattner a été correspondant à Jérusalem de deux pièces maitresses de l’arsenal de délégitimation d’Israël dans les médias français, Libération et l’AFP. Ami de Charles Enderlin, il soutient que l’Affaire A Dura n’a pas été un bidonnage. Schattner collabore avec un institut de recherche parisien, l’Iremmo, qui est une base de lancement de la folie furieuse antisioniste et de BDS en France ?!!!! De surcroit, Schattner a été interviewé au mois d’aout dernier sur Radio Qualita pour retracer la vie de son ami Ouri Avnéri, de sinistre souvenir. On rappelle qu’Avneri a été un traitre parti encourager Arafat à Beyrouth durant l’été 1982 alors que les troupes de Tsahal combattaient l’OLP. En bon français, on appelle cela faire collusion avec l’ennemi en temps de guerre. Qualita n’a pas considéré alors que cela équivalait à “donner la parole à des extrêmes”. Cette interview dont l’intitulé était  “l’héritage d’Ouri Avnéri” s’est déroulé avec on ne peut plus de déférénce et d’égards envers Schattner?!. Vraiment brillant!

Le Rav Kahana a été rabbin d’une communauté juive à Long Island. Il a été un des fondateurs et éditorialiste de « Jewish Press » hebdomadaire juif des plus diffusés aux Etats-Unis jusque dans les années 90. Le Rav Kahana a été enseignant de matières juives, apprécié aussi bien par ses directeurs d’établissement que par ses élèves et parents d’élèves. Il a milité inlassablement pour consacrer les fonds de la collecte à la création d’écoles juives aux Etats-Unis plutôt qu’à des projets de prestige. Il a été fondateur et leader de la Jewish Defense League pour la protection de Juifs modestes en butte à l’antisémitisme et à la montée de violence dans les quartiers difficiles des grandes métropoles américaines. A cet égard, l’attentat de Pittsburg est un rappel cruel de l’existence des dangers encourus par la Communauté juive américaine. Par sa détermination dans son combat contre les antisémites de tout poil, le Rav Kahana imposera et rendra crédible le slogan « Never Again » sur le Maguen David avec un poing au milieu. La Jewish Defense League a totalement révolutionné et désinhibé l’activisme juif aux Etats-Unis et son impact a traversé les océans. Pour ne prendre que le militantisme juif en France, il en a été fortement inspiré dans les années 70.

Le Rav Kahana a initié en Occident la lutte pour la libération des Juifs d’Union soviétique à la fin des années 60. Il a brisé le silence autour du problème juif russe depuis la Révolution bolchévique. Il a inlassablement prôné la Alyah du judaïsme américain et c’est en donnant une conférence sur ce thème qu’il a été assassiné en 1990 à Manhattan.

Le Rav Kahana aux côtés du Grand Rav Tzvi Yehouda Kook au Kotel

Le Rav Meir Kahana a été coopté par des figures rabbiniques de premier plan : des géants de la Torah comme le Rav Tzvi Yehouda Kook zatsal et le grand décisionnaire Rabbi Moshé Feinstein zatsal qui lui écrirent des lettres d’estime et de soutien. Le Grand Rabbin séfarade d’Israël, le Rav Mordehaï Elyahou prononcera une vibrante oraison funèbre pour  l’enterrement du Rav Kahana. Lors d’un cours sur la shemita donné en 1987, Le Grand Rabbin Ovadia Yossef s’était même insurgé qu’on puisse qualifier indument le Rav Kahana de raciste.

Le Grand Rabbin Moshé Feinstein

A son atterrissage à Lod en 1971 le jour de son Alyah, le Rav Kahana et son épouse Libby ont été accueillis par nul autre que par le Premier ministre en personne, Madame Golda Meïr. Ovationné par le public l’accueillant en Israël et par le chef de l’opposition Menahem Begin, pour avoir réussi à faire plier l’empire du mal l’URSS, à laisser partir les Juifs de Russie pour l’Alyah. Plus tard, élu député du parti Kach en 1984, le ministre David Lévy lui proposera de financer sa yeshiva en contrepartie de son soutien au Gouvernement du Likoud. Le Rav Kahana déclina poliment cette proposition tout en lui répondant qu’il soutiendrait ce Gouvernement à chaque fois et seulement quand celui-ci prendrait des bonnes mesures pour le pays. Tout ceci est documenté et authentifié. Trois décennies après son décès, une personnalité qui a laissé une empreinte aussi profonde sur la vie publique juive contemporaine, ne peut-on toujours pas aborder avec apaisement et sérénité son souvenir ?

La député Rav Kahana prononçant un discours à la Knesset

Certes, par la suite, le Rav Meïr Kahana a été très controversé sur la scène politique israélienne. Il a été disqualifié par la commission électorale. Les sondages d’intentions de votes avant sa disqualification pour les élections de 1988 lui prévoyaient entre 10 et 13 sièges à la Knesset. Au prix d’un dévouement sans borne allant jusqu’au sacrifice ultime, le Rav Kahana a consacré chaque instant de sa vie pour le peuple juif. En quoi cela ne mérite pas d’être évoqué ?

A Radio Qualita, l’équipe est semble-t-il sioniste, plutôt de droite et observant la Tradition comme la plupart des Olim de France. Des interlocuteurs d’extrême gauche post-sionistes tenant presque toujours des propos lamentables y sont régulièrement interviewés et en toute cordialité. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils soient d’accord avec ces derniers. On peut au demeurant déplorer le manque de compétence et de mordant lors de ces interviews et cet entre-soi superficiel lors d’émissions sans beaucoup d’intérêt, mais c’est déjà un autre sujet.

Portraits de victimes du terrorisme

Le rating de Radio Qualita n’excèdant pas quelques dizaines de vues, cette anecdote ne revêt pas une grande importance,. En outre, elle s’inscrit dans un dysfonctionnement plus généralisé qui a mené à un déni de démocratie et un déni de justice flagrants, sans précédent dans l’histoire politique israélienne, envers le Rav Kahana il y a 30 ans de cela. La société israélienne en a pâtit gravement et des centaines de foyers en ont consécutivement été plongés dans le malheur et dans le deuil jusqu’à aujourd’hui. La Rav Kahana avait prévu cela au détail près, mais il n’a pas vécu suffisamment longtemps pour le voir.

On se propose d’analyser dans la seconde partie de ce dossier qui paraitra sous peu comment en est-on arrivé là – à museler le Rav Kahana de son vivant et à l’occulter à titre posthume. On traitera le sujet de cette médiocrité et de cette lâcheté.

————————————————————–

[i] Cet article n’a absolument pas vocation de jeter l’opprobre sur Qualita qui est propriétaire de Radio Qualita. L’auteur de ces lignes approuve et soutient à cent pour cent les objectifs de Qualita, à savoir la promotion de l’Alyah de France et à en faciliter l’intégration.