Rabin Peres Arafat prix nobel de la paix

Arafat, Pérès et Rabin se voient décerner le Prix Nobel de la paix le 10 décembre 1994

Par Meïr Ben-Hayoun

Les commémorations pour le 20ème anniversaire de l’assassinat du Premier ministre Itzhak Rabin revêtent un caractère, non pas du lavage de cerveau, mais de souillure de cerveau, du bolchévisme bon teint. Netanyahou et la droite comme pour le reste n’ont pas le courage de dire les choses et de rétablir la vérité la plus élémentaire.

Rabin a été assassiné et c’est effectivement grave quand un Premier ministre en exercice est ainsi éliminé, si on accepte toutefois de ne pas trop regarder les zones d’ombre et les circonstances toujours pas clarifiées dans cette affaire.

Or tous les morts qu’il y a eu consécutivement à l’irresponsabilité gravissime de Rabin et de Pérès qui ont introduit Arafat en Eretz Israël?! Ce n’est pas parce que Rabin a été assassiné que sa politique était sage.  La vague de terrorisme la plus terrifiante qu’a connue l’Etat d’Israël au moment où Rabin, Pérès et Arafat recevaient ensemble le Prix Nobel de la « Paix », méga-fumisterie qui restera dans les annales de l’Histoire de l’Humanité égalée uniquement par la fumisterie de la réécriture de l’histoire de Rabin.

L'autobus de la ligne 5 à Tel Aviv immédiatement après l'attentat le 19 octobre 1994

L’autobus de la ligne 5 à Tel Aviv immédiatement après l’attentat le 19 octobre 1994 – 23 victimes

 Ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants victimes de cette politique de suicide collectif, ça ne compte pas? A-t-on perdu tout sens des proportions! Les attentats aux stations centrales  des autobus à Afoula et à Hadera au début 1994, L’attentat épouvantable de l’autobus de la ligne 5 à proximité de la Place Dizengoff à Tel-Aviv en octobre 1994, l’attentat double de Bet-Lid à côté de Netanya en janvier 1995 et des dizaines d’autres d’attaques terroristes intervenues immédiatement avec les concessions (abdications) accordées aux nazislamistes d’Arafat par les accords d’Oslo, personne n’est plus capable d’en établir la relation directe de cause à effet?

 En septembre 1995, moins de deux mois avant l’assassinat de Rabin, le Jérusalem Post titrait que depuis la signature des accords d’Oslo le 13 septembre 1993, il y avait augmentation de 175% (?!) du nombre des actions terroristes, et de surcroit, que chaque attentat était infiniment plus meurtrier par la qualité des matières explosives employées par les terroristes. Cela résultait du fait que Tsahal et les services de sécurité s’étaient retirés des principaux foyers du terrorisme arabe de Judée Samarie et de Gaza et ne pouvaient plus intercepter comme par le passé l’activité terroriste recrudescente.

Le double attentat au carrefour de Bet Lid le 22 janvier 1995 qui a fait 22 victimes

Le double attentat au carrefour de Bet Lid le 22 janvier 1995 qui a fait 22 victimes

Des centaines de Juifs, surtout des Juives, ont été déchiquetés directement à cause de cette politique. On ne leur consacre même pas une journée du souvenir ni de rassemblement de masse? Parmi les terroristes qui ont perpétré ces attentats atroces, certains ont même été libérés dans le cadre de la transaction Shalit et lors des libérations de terroristes pour la reprise des pourparlers avec l’AP qui finalement n’ont pas eu lieu. Ces milliers de morts et de blessés dont beaucoup d’amis de l’Alyah de France, on les a oubliés? Ils sont transparents?

Yehouda Gilles Partouche, fils de l'Alyah de France, assassiné à Hebron par rafale alors qu'il était passager dans une autobus le 19 MARS &çç(

Yehouda Gilles Partouche, fils de l’Alyah de France, assassiné à Hebron par rafale alors qu’il était passager dans un autobus le 19 MARS 1995

 Ce n’est pas parce que Rabin a été assassiné que sa politique était sage. Le prétexte de son assassinat, est-il suffisant pour monter un mythe de toute pièce? Sa politique était catastrophique et on en paye les pots cassés jusqu’à aujourd’hui et on n’en a pas encore fini. Rabin était au bout du rouleau, déconnecté de la réalité, manipulable et plus capable de diriger quoi que ce soit et il semblerait même qu’il a fini par en être conscient selon certains témoignages.

La poignée de mains sinistre le 13 septembre 1993

La poignée de mains sinistre le 13 septembre 1993

D’autre part, a propos assassinat politique, quand Rabin le jeune officier du Palmah a ordonné de tirer du canon sur l’Altalena en 1948 et de plus, en effraction totale à toute règle d’engagement même face à des ennemis, il a fait tirer à la mitrailleuse lourde sur les naufragés qui avaient sauté à l’eau. D’autres officiers du Palmah du même rang que Rabin, notamment Yosselé Tabenkin ont refusé d’exécuter cet ordre inique.

Après avoir pris du recul, Rabin aurait pu regretter cette erreur de jeunesse lorsque l’Etat d’Israël était à ses débuts et dans la confusion générale qui s’en est suivie avec la Guerre d’Indépendance. Il aurait pu invoquer ces circonstances particulières et uniques pour se faire pardonner. Non seulement il n’a pas exprimé de regret, ne s’en est pas excusé publiquement, mais s’en est vanté, notamment lors d’une réunion avec le personnel diplomatique à l’Ambassade d’Israël à Washington en 1968. Cela s’est passé lors du 20ème anniversaire de la Création de l’Etat d’Israël après la Guerre des Six Jours. Effectivement, immédiatement après sa démobilisation comme Chef d’Etat-major, Rabin avait été nommé Ambassadeur aux Etats-Unis.

Itzhak Rabin, ambassadeur d'Israel aux Etats-Unis en conversation avec le secrétaire du Rabbin Menahem Mandel Schneerson avant sa rencontre avec ce dernier en centre de Loubavitch.

Itzhak Rabin, ambassadeur d’Israel aux Etats-Unis en conversation avec le secrétaire du Rabbin Menahem Mandel Schneerson avant sa rencontre avec ce dernier au centre de Loubavitch à Brooklyn.

 Une personnalité qui en a été le témoin direct l’a relaté. Il était jeune diplomate à l’Ambassade d’Israël à Washington à cette époque. Aujourd’hui, retraité du corps diplomatique, c’est Monsieur Yossi Ben Aharon qui en 1990 a  été détaché du ministère des Affaires étrangères pour être le Chef de Cabinet du Premier ministre Itzhak Shamir. Il témoigne que lorsque Rabin a raconté le Jour de Yom Haatsmaout de 1968 avec fierté qu’il avait donné l’ordre de tirer sur les jeunes qui étaient dans l’eau après avoir sauté de l’Altalena en feu, cela avait jeté un froid.

Yossi Ben Aharon (à gauche) en compagnie du Premier ministre Itzhak Shamir (au milieu)

Yossi Ben Aharon (à gauche) en compagnie du Premier ministre Itzhak Shamir (au milieu)

Rabin a donc exécuté un ordre d’assassinat politique où seize jeunes Juifs, des Olim hadashim du Bétar venus se joindre aux combats de la Guerre d’Indépendance ont été assassinés par des frères. Une guerre fratricide au début de la Création de l’Etat d’Israël a failli éclater. On ne pouvait imaginer plus vaste drame. Rabin n’a pas été jugé pour avoir exécuté cet ordre inique. Il n’en a jamais rendu compte. Il n’a pas purgé ne serait-ce qu’une journée symbolique de prison. Au contraire, il est devenu l’enfant chéri du système. Il a grimpé les grades et est parvenu au sommet de la pyramide militaire comme Chef d’État-major lors de la Guerre des Six Jours et Premier ministre de 1974 à 1977 et ensuite de 1992 à 95. Par la suite, Rabin comme  Premier ministre a été lui aussi victime d’un assassinat politique.

L'Altalena en feu le 22 juin 1948

L’Altalena en feu le 22 juin 1948

En 1948, Rabin était âgé de 26 ans quand il a fait assassiner seize Juifs de l’Altalena. Vingt ans après en 1968 à l’âge de 46 ans, Itzhak Rabin était ambassadeur d’Israël à Washington, tremplin idéal pour une carrière politique le menant au Bureau du Premier ministre quelques années plus tard de 1974 à 1997, puis de nouveau en 1992. Chef d’État-major tout juste démobilisé de la Guerre des Six Jours, Rabin a bénéficié d’une aura transcendant tous les clivages politiques en Israël, le chef militaire adulé qui a fait libérer Jérusalem après 2000 ans, le hissant dans la conscience populaire au rang du Roi David, ou de Shimon Hamaccabi, les grands libérateurs de Jérusalem de l’Histoire d’Israël.

Monument sur la plage de Tel Aviv à la mémoire des 16 victimes de l'Altaléna assassinés alors qu'ils étaient dans l'eau.

Monument sur la plage de Tel Aviv à la mémoire des 16 victimles de l’Altaléna.

Le 4 novembre 1995 au moment de l’assassinat de Rabin, Ygal Amir avait 26 ans comme Rabin lors de l’Affaire de l’Altalena. Aujourd’hui âgé de 46 ans comme Rabin en 1968, Ygal Amir est toujours en prison.

On ne peut occulter cela s’il nous reste, ne serait-ce qu’un zeste d’honnêteté intellectuelle.

La plaque commémorative d'Itzhak Rabin à la Place Rabin à Tel Aviv

La stèle commémorative d’Itzhak Rabin à la Place Rabin à Tel Aviv