Au moment où j’écris ces lignes, il se trouve que Sacha Reingewirtz est à Lyon, où il participe, en tant que président de l’UEJF, a une convention organisée par ses soins. Sur le site internet de l’UEJF, un article publié il y a un mois dresse la liste des invités… Xavier Bertrand, Paul Amar… Très bien tout ça, mais pourquoi cacher la présence retentissante de:

– Claude Askolovitch, un de ces juifs pour qui le mot “Israël” est une insulte ; par ailleurs grand ami et défenseur de Charles Enderlin, l’homme par qui le faux reportage d’Al Dura est arrivé en France.
– Benjamin Stora, trotskiste, anti-sioniste parmi les plus virulent, grand ami de la clique à Bouteflika, aujourd’hui supporter inconditionnel de Ségolène Royal,…
– Et d’autres starlettes de l’anti-sionisme francophone…

Mais là n’est pas le problème… Nous pourrions publier un livre sur les dérives de l’UEJF ces dernières années et je ne peux m’arrêter de penser que Sacha Reingewirtz n’est qu’une victime de l’histoire de cette association estudiantine. Et il faut que les choses soient dites: je n’ai rien contre lui personnellement… J’ai quelque chose de lourd contre un Président de l’UEJF qui ment effrontément, sans honte; et ne se justifie pas sur son refus (réel) de tenir une conférence avec le Ministre israélien de la diaspora, de Jérusalem et de l’économie.

Car depuis que JSSNews a publié son premier papier sur le sujet, de nouvelles informationsscandaleuses nous parviennent chaque jour. Nous aurions voulu “calmer le jeu,” et nous l’aurions fait si M. Reingewirtz cessait de mentir, mais voilà, nous apprenons, dans une interview donnée au site Alliance, que:

Ce sont des informations rapportées, des rumeurs. Je n’ai pas refusé de rencontrer un ministre israélien.

Il est juste absurde de dire que le président de l’UEJF refuse de rencontrer un ministre israélien. Et d’ailleurs, je n’ai même pas été invité à l’ambassade d’Israël à l’occasion de la rencontre avec certains dirigeants de la Communauté. Ce qui m’est reproché, c’est de ne pas avoir organisé de conférence. Si on devait se justifier de toutes les conférences qu’on n’organise pas, on passerait notre temps à s’excuser auprès des gens qu’on n’a pas le temps de recevoir. L’UEJF n’est pas un prestataire de conférence.

Simplement énorme… Un Ministre israélien veut organiser une conférence sur “la reconnaissance des diplômes” et Monsieur Reignewirtz refuse… Et pour lui, refuser cette conférence n’est pas “avoir refusé” de le rencontrer. Amusant.

Amusant car dans un échange de mail entre les Présidents de l’UEJF (échange que nous avons en copie), on peut lire la présidente de l’UEJF de l’Université Descartes (Salomé Choukroun) expliquer que la raison pour laquelle cette rencontre n’a pas été organisée, « c’est parce qu’il (ndlr/ Naftali Bennett) est d’extrême droite et que le message que porte son parti va à l’encontre des valeurs que portent l’UEJF. » Salomé Choukroun, Présidente de section de l’UEJF, sait de quoi elle parle quand elle justifie la décision prise par Sacha Reingewirtz… Ce dernier a donc menti en affirmant que « c’était un problème de temps, un problème organisationnel. » Refuser d’organiser une conférence sur la reconnaissance des diplômes entre la France et Israël, quand on est l’UEJF, est, me semble t’il étrange… D’autant que l’organisation des étudiants amis d’Israël de HEC (mais aussi des élèves de Sciences Po et des étudiants de l’UEJF +contre l’avis de Sacha Reingewirtz+ sont allés à la rencontre de Naftali Bennett (rencontre organisée par l’Agence Juive en quelques heures)

Pire, selon le cabinet du Ministre, “l’ambassade d’Israel en France a bien expliqué au Président ce que voulait le Ministre. Ne pas parler politique, mais uniquement des diplômes et de l’antisémitisme sur les campus.” Et notre source d’ajouter: “Et Monsieur Sacha Reingewirtz a refusé de rencontrer Monsieur Naftali Bennett sans prendre le moindre délais de réflexion. Cela a été un nom ferme et définitif. Monsieur le Ministre était très déçu de savoir qu’une organisation d’étudiants juifs qui se disent sionistes refuse de rencontrer un Ministre de l’Etat d’Israël à cause d’un désaccord politique.”

sSacha Reingewirtz

Sacha Reingewirtz

Pour le reste, Sacha Reingewirtz  dit ce qu’il veut.

Il n’est pas anti-sioniste car il a des amis sionistes (et puis, honnêtement, on sait qu’il n’est pas anti-sioniste)… Mais il rencontre des négationnistes palestiniens (« des types de paix » affirme Reingewirtz, qui prend fièrement la pause sous un portrait du terroriste Yasser Arafat et de son ami Abou Mazen),  des types qui veulent exterminer les juifs d’Israël; il va sur la tombe d’Arafat (et il prend bien le temps de l’organiser !), et il organise aussi, comme aujourd’hui à Lyon, une conférence avec la crème de l’anti-sionisme français. Il ne manque plus que Laurent Louis. Ah mince, il est Belge, c’est vrai !

Screen-Shot-2014-11-09-at-4.22.13-PM

Délégation de l’UEJF à Ramallah en rencontre avec l’Autorité terroriste d’invasion arabe dite “palestinienne”

Screen-Shot-2014-11-09-at-4.22.03-PM

 

D’ailleurs, Chloé, responsable du bureau de l’UEJF (et délégué national), dans un échange de mail avec d’autres présidents, ne s’y trompe pas et va à l’encontre des belles paroles de Reingewirtz dans Alliance:

Screen Shot 2014-11-09 at 4.32.12 PM

Chloé: Il me semble compliqué d’expliquer que nous ne voulons pas le recevoir car nous ne partageons pas ses opinions tout en étant reçu, comme j’ai pu l’être durant mes Universités d’été, par un membre du Fatah pour qui la terre d’Israël n’existait que sous le nom de Palestine. 

Sacha Reingewirtz, tes hommes de paix, ils veulent une paix avec ou sans Israël ?

Et Reingewirtz se défend aussi en rappelant qu’il a organisé un tour, en France, avec des étudiants israéliens. C’est vrai, mais ces étudiants ne sont pas content… Voilà ce que nous dit Moshe, qui a participé à ce tour:

Je suis l’un des étudiants d’Israël qui a fait partie du voyage de communication en France organisé par l’UEJF. Je tiens à me désolidariser et a dire bien haut que je refuse l’utilisation de ce voyage qu’en fait son président afin de justifier sa conduite en se retranchant derrière un sionisme proclamé afin de boycotter Monsieur le ministre Benett.

Bon… Ca, c’est fait.

Et puis, c’est vrai que l’UEJF a organisé la marche de Toulouse après la tuerie de Mohamed Merah… Nous félicitons l’UEJF de l’avoir fait. Mais pourquoi donner à l’antisémite Jean-Luc Mélenchon le droit de se mettre en tête de cortège ? Une “alliance de circonstance” ? L’extrême gauche antisémite peut-elle être notre alliée quand c’est elle qui propage le mieux la haine des juifs et des israéliens en France ? Je crois me souvenir qu’il y a quelques années, Philippe de Viliers avait été expulsé d’une manifestation contre l’antisémitisme (suite à l’assassinat d’Ilan Halimi), expulsé notamment par des militants de l’UEJF. Je ne dit pas que c’est mal, je me demande simplement qui a fait le plus de mal aux juifs et à Israël: De Villiers (un type qui n’a jamais représenté que lui-même) ou Mélenchon, chef de file de ceux qui vomissent le juif ?

Mais une fois de plus, ce n’est pas contre Sacha Reingewirtz que nous écrivons… Mais contre le système UEJF. Un système noyauté depuis des années par une femme d’une cinquantaine d’année… Je vous présente Judith Cohen-Solal. Alias “le gourou.” Ce surnom, donné par les “simples militants” mais aussi par de nombreux officiels et responsables d’associations, est une coach, une psy, qui malaxe l’UEJF comme de la pâte à modeler. C’est elle qui est la vraie présidente de l’UEJF depuis une « éternité » (selon le responsable d’une grande organisation juive de France) ! Quand le Président change, c’est elle qui forme le Président. Elle va même jusqu’à conseiller “un nouveau style vestimentaire” à certains. Pour l’ancien Président Jonathan Hayoun, elle est allé jusqu’à lui dire: “Hummm… Tu devrais te laisser pousser les cheveux, cela te rendra plus mature.” Dont acte ! Pauvre Jonathan Hayoun, par ailleurs, qui aura été malmené par Judith Cohen-Solal car “son discours n’est pas assez à gauche!”

Judith Cohen Solal

Judith Cohen Solal

 

Judith Cohen-Solal, n’est pas appréciée par les militants car elle “parle mal, elle est agressive” expliquent plusieurs militants à JSSNews. Les membres du bureaux de l’UEJF, eux, sont « absorbés » par cette femme. Et personne ne refuse jamais un diner de shabbat chez elle…

Quand on enquête sur cette femme, on sait qu’elle a travaillée pour l’Agence Juive pour Israël (il y a longtemps), que cela s’est mal terminée et qu’elle est partie en désaccord total. Aujourd’hui, quand elle va en Israël, “ elle rencontre ses amis de Chalom Akhshav”, la Paix Maintenant. Pour de nombreuses personnes que nous avons interrogées, “toute la politique de l’UEJF, c’est elle. Elle impose sa vision des choses. Elle est très liée au parti travailliste et impose son discours aux présidents de l’UEJF.”

Lors d’une séance de coaching, elle explique au bureau de l’UEJF que, “il vous faut un discours de gauche pour être audible aux oreilles des journalistes”… Et quand l’UEJF organise des séminaires en Israël, comme s’en targue Reingewirtz, elle organise également une visite dans les implantations israéliennes… “elle prend alors bien soin de prendre des intervenants de la droite israélienne à qui il peut manquer une case, où qui ne savent pas vraiment bien expliquer leurs situations. De sorte que lors des débriefing, elle dit: +vous voyez comment ils sont, ces colons ?!+ »

Aujourd’hui, très nombreux sont ceux qui pointent Judith Cohen-Solal comme la responsables des dérives de l’UEJF. “C’est elle qui est derrière tout ce qu’il se passe à l’UEJF. Au fond, Sacha Reingewirtz n’y est pas pour grand chose, c’est un pion. C’est elle qui a consigné que “l’UEJF n’est pas là pour défendre Israël coûte que coûte.” 

Alors des rumeurs circulent parmi les étudiants juifs de France. Il y aurait eu un contrôle fiscal au sein de l’UEJF il y a quelques semaines… Des militants croient même savoir (à tort ou à raison) que l’UEJF, dont le budget dépasse le million d’euro annuel, se serait portée garante pour l’achat de l’appartement de Judith Cohen-Solal… Mais ce ne sont que des rumeurs (pour l’instant).

Enfin, que Sacha Reingewirtz le sache, oui, ils sont nombreux à vouloir ta démission. Organise un référendum national et tu le verras. Même dans des discussions par mail dont JSSNews a reçu les copies, on parle de ta démission. Veux tu que nous les publions ? Tu préfères que nous te les envoyions par mail pour éviter un affront de plus ? Tu pourras vérifier, nous ne prendrions pas la parole sur le plus important média juif francophone sur Internet sans preuves… D’ailleurs, tes sergents sont au courant puisqu’ils sont dans la boucle !

Mais si tu ne démissionnes pas, rend service aux Etudiants Juifs de France: prend le temps de faire le bilan. Soit celui que tous les jeunes juifs de France attendent. Fait le nettoyage au sein de l’UEJF. Tu peux voter à gauche, tu peux ne pas aimer Bennett. Mais soit un vrai sioniste. Et quand un Ministre de l’Etat d’Israël veut te rencontrer, ou organiser une conférence, dit “Merci Monsieur le Ministre.”

Encore une chose: y a t’il un lien entre les conférenciers anti-sionistes de la Convention Nationale de l’UEJF qui conchient sur Israël et son “gouvernement d’extrême droite ultra-sioniste” et Judith Cohen-Solal (elle-même intervenante) ? Juste pour savoir…

Sacha Reingewirtz, il faut que tu fasses le ménage à l’UEJF. Rends les juifs et les sionistes de France fiers ! Tu peux dire “je me suis trompé, j’ai été berné.” Personne ne t’en voudra. T’enfermer dans ce discours mensonger ne fera de toi qu’un Charles Enderlin. Regarde le sur France 2. Il est vieux. Il souffre du mensonge dans lequel il s’est enfermé. Il ne peut plus en sortir… Ne devient pas le porte parole de ces personnalités là.

Par Greg Sulin – Source: JSSNews