J’ai regardé sur Internet les derniers débats autour du livre de Zemmour (Voir ici). Ça vaut le spectacle, plus passionnant qu’un film au cinéma ou qu’une bonne pièce de théâtre.

 Voilà le scénario: des Juifs, pour la plupart natifs d’Algérie (comme moi-même), Eric Zemmour, Georges Marc Benamou et Jacques Attali se bouffent le foie entre eux pour définir l’identité française républicaine et s’il faut l’ouvrir à l’islam ou pas. Même Paul Amar y a ajouté son grain de sel sur Radio RCJ. Parallèlement, Zemmour s’est fait interviewer et objecter sur ces thèmes par des journalistes juifs, Ruth Elkrief sur BFM et Patrick Cohen sur France 5.Zemmour et Ruth

  Des Juifs médiatiques, citoyens de France venus d’Algérie, qui débattent avec hargne si les Français doivent s’ouvrir au multiculturalisme pour les musulmans, comme si les Français, les vrais Français de civilisation chrétienne gréco-romaine eux-mêmes comptaient pour du beurre (je n’ai pas fait exprès) dans ce débat, ou comme s’ils n’existaient pas réellement, ou étaient des enfants mineurs ne pouvant décider pour eux-mêmes. Et ceci au moment-même où la plupart des Juifs de France sains de corps et d’esprit réintègrent l’Etat d’Israël, se préparent à la Alyah ou tout du moins, y songent sérieusement. Même Coluche n’aurait jamais pu concevoir une situation aussi cocasse.

 Imaginons un instant les Juifs de la génération de nos parents en Afrique du Nord ou en Europe de l’Est qui auraient mené entre eux des débats houleux sur quelle orientation devaient prendre ces Etats après leur indépendance alors que quelques mois après, ils devaient partir pour ne pas se faire égorger ou gazer. D’ailleurs ceux qui ont participé à ces débats plutôt que de partir ont terminé en fumée ou poignardés pour la plupart.

 Zemmour et Patrick CohenOn crie dans les rues de pays de Paris et de province pendant cet été “Mort aux Juifs”. Des synagogues sont prises d’assaut, des commerces juifs saccagés, les flics sont débordés, on est au bord de la Nuit de Crystal. Et tout ce qui intéresse nos Juifs intellectuels médiatiques originaires d’Algérie, c’est disserter brillamment et avec passion sur la nature de la transition sociétale de la France comme s’ils en étaient les préposés, comme s’ils étaient les dépositaires des valeurs républicaines? Surréaliste !!

 C’est une vraie guerre de religion entre Juifs comme même en Israël on n’en a pas. Il faut voir lors du débat télévisé “Ce soir ou jamais” animé par Frédéric Taddei,  la passe d’armes sans merci entre Jacques Attali et d’Eric Zemmour qui se sont mitraillés de regards assassins. Attali et Zemmour, deux Juifs d’Algérie s’étripant sur le thème des valeurs républicaines alors que les Français, les vrais Français chrétiens, pas des Enfants d’Israël d’Algérie faits français par un décret, le Décret Crémieux, eux Français de souche, par nature, étaient beaucoup plus calmes et sereins dans ce débat.

 C’est ça la guerre de religion entre Juifs. Non pas que Zemmour et Attali soient des Français de religion juive en l’occurrence, mais ce sont des Juifs de religion française, de religion républicaine. Ils s’arrachent les yeux pour leurs principes de foi de ce sacerdoce républicain. Quand s’y ajoute l’ancien conseiller de Sarkozy, Georges-Marc Benamou qui avait en son temps fréquenté de près Mitterrand, s’accusant chacun d’être l’idiot utile des antisémites, ça donne la scène finale de l’affrontement triangulaire du “Bon, la Brute et le truand”. De ces trois Juifs d’Algérie, qui va dégainer le plus rapidement sur les deux autres, ou avec qui s’alliera-t-il, pour faire triompher sa conception de la religion républicaine. Entre chiites et sunnites, les affrontements théologiques sont plus dilués même si ça se traduit par des tueries et des massacres.

Comment à contrario des Juifs sionistes, normaux, des Juifs intellectuels médiatiques en arrivent à des situations grotesques, absurdes de s’entredéchirer et qu’ils ne s’en rendent même pas compte tellement ils sont enlisés dans cette démence d’être les voix dominantes dans ce débat de fond sur la crise française? C’est quand ils perdent le fil de ce qu’ils sont, d’où ils sont issus, des membres de l’identité hébraïque dont l’Histoire de leur exil douloureux et tragique les a fait échouer après maintes pérégrinations sur la Terre de France, alors que leur pays est la Patrie des Hébreux, Israël.

  Dans cette confrontation, notre sympathie va plutôt vers Eric Zemmour bien qu’il a dérapé sur le sujet de Vichy. Au demeurant, quelle que soit la sensibilité de chacun dans ce débat, restons en retrait et ayons le respect des Français, laissons les débattre et décider pour eux-mêmes de l’issue de cette crise d’identité de leur société. Et surtout, ayons le respect de nous-mêmes et décidons exclusivement pour notre Etat, l’Etat d’Israël qui est l’Etat juif où nous y sommes les citoyens en légitimité absolue en tant que Nation liée à sa Terre.

 Meïr Ben-Hayoun